Championnats du Monde de semi-marathon : Jeptoo-Kipsang 31e en 1h11’06 »

Les Mondiaux de semi-marathon, disputés ce samedi à Gdynia (Pologne), étaient le seul grand championnat international maintenu en cette année si particulière. Ils ont accueilli la crème du fond mondial, ainsi qu’une équipe de France ambitieuse et déterminée à jouer la carte collective, dont Susan Jeptoo-Kipsang.

Les neuf Tricolores qui se sont présentés sur la ligne de départ, samedi en fin de matinée, le savent : ils sont des privilégiés. Ils sont les seuls, en cette année 2020 bouleversée par la pandémie de Covid-19, à porter le maillot de l’équipe de France. Initialement programmés le 29 mars à Gdynia, sur la côte sud de la mer Baltique, les championnats du monde de semi-marathon ont été décalés ce 17 octobre. Une date et un lieu qui, ô miracle, ont pu être conservés par World Athletics avec l’aide des organisateurs locaux, grâce à de nombreux aménagements.

Si les Japonais et les Américains manquaient à l’appel, en raison de restrictions de déplacement dues à la crise sanitaire, le plateau de ces mondiaux fut d’un niveau exceptionnel. Dans ce contexte très relevé, sur un circuit d’environ 5,5 km à parcourir quatre fois.

S. Jeptoo-Kipsang n’a pas réussi son double objectif, le top 10 en individuel et par équipe, 31e mais tout de même 10e au classement des nations, la saint-juliénoise relate quelques moment de bonheur mais également de la déception « Jamais, ces mondiaux n’ont été aussi relevé, 90% des meilleures mondiales étaient présentes, pour ma part je dois remercier le staff de l’équipe de France, tout s’est merveilleusement bien passé. Du stage préparatoire à aujourd’hui, ce fut un réel plaisir. Merci également pour tous ces encouragements que j’ai reçu, mon Smartphone est bien rempli. Côté performance, je m’attendais à battre mon record d’1h10’49’’, j’avais dans les jambes 1h09’50’’. Hélas, je n’ai reçu mes chaussures de compétitions que la veille à l’aéroport, je n’ai pas pu courir avec, très stressée, je les ai enfilé juste avant l’échauffement. Au 15e km, alors que j’étais encore sur les bases d’1h10’ et dans le top 20, j’ai senti une vive douleur au pied , puis à l’ischio-jambier, j’étais à la limite de la rupture, j’ai alors ralenti ». S. Jeptoo-Kipsang poursuit « Désormais, place à la suite avec mon club, le France des 10 km, programmé le 29 novembre à St-Omer, dans le Pas de Calais, j’aurai trois objectifs, la double médaille d’or en individuel et par équipe et battre mon record de 31’57’’, après place à la saison de cross-country. Après, place à la préparation des J.O sur marathon ».

Classement féminin : 1ere Peres Jepchirchir  (Kenya) 1h05’16’’, Melat Yisak Kejeta (Allemagne) 1h05’18’’ et Yalemzerf Yehualaw (Ethiopie) 1H05’19’’, 31e S. Jeptoo-Kipsang, 41e Samira Mezeghrane-Saad 1h11’40’’et 58e l’espoir Mélody Julien, 1h12’51’’ (record de France espoir, ancien 1h13’00’’) et 84e Fanny Pruvost 1h15’34’’. La France 10e par équipe, 5e nation européenne.

Masculins : ler Jacob Kiplimo (Ouganda) 58’49’’, 2e Kibiwott Kandie (Kenya) 58’54’’ et 3e  Amedework Walelegn (Ethiopie) 59’08’’, Joshua Cheptegei, le recordman du monde des 5000 m et 10 000 m, devant se contenter de la quatrième place en 59’21’’ ;  21e Julien Wanders (Suisse-Arve Athlé) 1h00’46’’. Côté Français : 8e Morhad Amdouni, 59’40’’, 27e Florian Carvalho, 1h00’58’’, 32e Benjamin Choquert 1h01’32’’, 45e Nicolas Navarro 1h02’29’’ et 57e Abderrazak Charik, 1h02’58’’ ; 6e par équipe, 1ere nation européenne.

Susan Jeptoo-Kipsang est arrivée en France en 2008 et après un bref passage dans deux clubs de la région lyonnaise, elle a rejoint les rangs de l’athlé St-Julien 74 en septembre 2012. Elle a obtenu sa naturalisation française en novembre 2019. Mariée, deux enfants, elle habite à Vénissieux et malgré plusieurs sollicitations de d’autres clubs même voisins, la haut-savoyarde reste bien fidèle à St-Julien « Je suis très bien ici, c’est plus qu’un club, une vraie famille, j’aime retrouver mes co-équipières et dirigeants lors des compétitions ou soirées du club. Notre force c’est le collectif, c’est vraiment top ! Notre objectif hivernal sera de monter sur la plus haute marche du championnat de France de cross-country, vive l’asj74 ».

Les commentaires sont fermés.